[Jeu Concours] gagner un coaching avec Monique Marandel éveilleuse du cœur et maïeuticienne de l’âme.

Monique Marandel

Est-ce que vous sentez un décalage entre vos aspirations profondes et ce que vous vivez réellement ?


« IMAGINEZ »  QUE VOUS N’AYEZ AUCUNE RAISON D’AVOIR PEUR DU MONDE À VENIR

Dans cette période si confuse, j’organise un petit concours dans le but de vous aider à croire en vous, en vos aspirations profondes et réveiller votre motivation.

Il s’agit de répondre sur cette page en dix lignes maximum (en commentaire) :


Écrire un souvenir de ce que vous avez été dans votre enfance et votre jeunesse, lorsque vous vous êtes ouvert(e) au monde, ne sachant pas faire semblant.


C’est un nouveau monde qui démarre et c’est chacun de nous qui le créons peu à peu. Nous sommes tous uniques et indispensables pour que la fraternité soit une vraie valeur retrouvée, l’amour de soi, de la vie et la responsabilité de son être et de la nature.
Hâte de vous lire

Gratitude


Les lots en jeux sont:


Un pack focus de 3 séances de coaching d’une valeur de 250 euros. Cinq livres  » VERS UNE NOUVELLE CONSCIENCE  »  

Un tirage au sort aura lieu en date du jeudi 08 avril 2021 à 20h à la fin d’une conférence gratuite en direct sur le site jimagine.org animée par Monique Marandel coach éveilleuse du cœur et maïeuticienne de l’âme, sur
 

«  LES PEURS POURQUOI FAUT’ IL ARRÊTER D’ AVOIR PEUR »

https://www.les-canaux-paix.fr/

Par une approche dite «Quantique», j’accompagne les personnes en perte de repères pour les aider à retrouver leur libre arbitre, la paix intérieure et leur valeur ajoutée

en participant au concours vous acceptez de recevoir la newsletter de jimagine

Articles liés

Réponses

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Petite, je voulais devenir vétérinaire. L’école a vite décidé que ce métier ne m’était pas permis à cause de mes résultats en mathématiques. Dans mes jeux, je voulais être maîtresse et monitrice d’équitation. Mes parents ont décidé que ce dernier métier n’était pas celui d’une femme. Alors j’ai travaillé pour devenir professeure et suivi la voie qu’on me traçait. Puis, la voie que je m’étais tracée m’a rattrapée : je suis devenue monitrice d’équitation, je poursuis professeure spécialisée et je me dirige de plus en plus vers le soin. Mes plus profonds désirs d’enfant se réalisent tour à tour. Moralité : laissez-vous aller à vos rêves!

  2. Je me trouvais au Pacifique à moins quarante six mètres et sans air, mon coeur s’est arrêté et j’ai revu ce souvenir d’enfance heureux : J’étais à Casablanca au Maroc et mon père m’avait acheté une voiture à pédale rouge magnifique, j’avais 4 ans j’étais aux anges.
    Près de la mort, c’est le souvenir le plus important qui m’est apparu et après je me suis réveillé dans le bateau avec de l’oxygène.
    J’ai compris les choses essentielles de ma vie en accordant de l’importance à toute chose à partir de ce moment : un instant de bonheur donne une parcelle de félicité.

  3. Quand je repense à mon enfance je me revoit toujours dans mon jardin à la campagne. Une forêt et de nombreux arbres fruitiers encerclaient la maison. C’était mon terrain de jeu favori ! J’aimais grimper le plus haut possible dans les arbres, construire des cabanes et explorer tous les recoins de cette forêt aux paysages si variés. Aujourd’hui quand je pense à la joie et au bonheur, c’est ces moments là qui me viennent, quand le seul but de ma vie était de m’amuser et explorer. J’essaie de revenir à cela en temps qu’adulte mais cela demande de lâcher énormément de choses.

  4. Petite, je me sentais différente des autres. A l’école j’étais à la recherche d’un portail qui puisse mener à un autre monde dans lequel je puisse trouver mes réponses. J’étais à la recherche de mon origine, mon identité et je me confiais à un sol pleurer chez mon père. Mon corps me parlait depuis toute petite et ce n’est que récemment que quelqu’un a mis un mot sur ce que je suis et cela a raisonné en moi. Depuis, je suis plus apaisée et j’essaie de me reconnecter à la créative petite fille que j’étais pour me retrouver. 🌺✨🌺

  5. Petite, je devais monter sur un marche-pieds pour atteindre l’évier, des voyageurs de passage m’ont dit que je ferai le tour du monde. Ces paroles m’ont toujours portées, et c’est vrai que j’ai toujours cru en ma capacité de voyager, même sans argent, en trouvant des solutions j’ai voyagé… Et en ce moment je suis nomade et heureuse de l’être, de passage en Bretagne qui a un parfum d’ailleurs.
    Merci pour cette question qui me rappelle l’importance et l’impact des mots qui peuvent être des ouvertures, des portes ou des barrières limitantes dans nos vies.

  6. Petite, je voulais raconter des histoires. J’écoutais en boucle les contes de Pierre Gripari et Catherine Zarcate et les racontais a qui voulait entendre. Mon chat fut le plus attentif et je crois qu’il a adoré ça. J’avais aussi pour projet de faire un duo avec Francis Cabrel, alors j’apprenais toutes ses chansons par cœur pour être prête le jour J. Je voulais aussi apprendre à lire à mon chat, mais on a pas eu assez de temps.

    1. Super, peut-être perçois-tu des moments ou tu aurais de l’imagination pour faire des tas de choses, mais que tu ne le fais pas ? en tout cas je t’invite vraiment à croire en toi, le monde a tellement besoin de notre travail d’artiste, quel que soit le domaine.

  7. J’ai un souvenir de profonde joie. Ce souvenir est flou, constitué de couleurs, de matières, et surtout d’un sentiment de confiance et de sécurité. Comme si ce qui se vivait là était ce qui est juste… Je devais avoir 4 ans et cela se passe dans le jardin de mes grands-parents, avec ma soeur et la tortue. Je me souviens que j’adorais ce jardin, très vert. Ce souvenir est attaché au jeu, aux rires, à l’amour entre ma soeur et moi…

  8. Souvenirs d’enfance-jeunesse
    Enfant, je réunissais mes poupées, leurs affaires, la dînette et mon petit frère. Et je nous installais sur un coffre en bois, voiture de mon imagination, et nous partions en voyage. Dès que j’ai pu, j’ai préparé mes affaires et mon vélo, et je suis partie faire le tour d’Irlande, puis d’Écosse, du Pays de Gale. Avec une impression de liberté lors de ces fugues organisées.

  9. Petite fille je me suis dis, je me suis trompée de planète. J’entendais les chuchotements du petit peuple, des personnages aparaissaient dans la tapisserie, dans les nuages, je parlais avec mes chats et me demandais pourquoi ne veulent t’il plus parler avec nous ? Puis se fût des rêves prémonitoires..
    L’Âme agit de la Vie ❤🙏

  10. Lorsque j’étais jeune, avec mes frères et sœurs nous passions beaucoup de temps chez mes grands parents qui habitaient une vielle ferme avec pleins d’espaces. J’adorais fouiner dans les greniers, les granges et même les armoires à la recherche de trésors perdus.Nous savions nous occuper avec un rien et nous avions une grande sensation d’espace et de liberté.

  11. J’avais 3 semaines…et j’ai « reconnue » l’âme de ma mère dans ses yeux . J’ai eu un état de choc immense et je me suis dit « si elle me reconnaît, c est fini pour moi » alors j’ai développée timidité, réserve,discrétion. Ne pas oser être…et je me suis cachée pour de VRAI. (Mais ça, c’était avant 😉).

  12. Beaucoup dans mon monde petite.
    On m’a toujours dit arrête d être dans les nuages.
    J étais tellement bien dans mon monde que si on me parlait je n entendais pas.
    Une bulle ou je me coupais des personnes autour de moi.